“Chirugie intime” Yhelda Felício, M.D. – Fortaleza – Ceará – Brésil

La revue de Chirurgie Esthétique de Langue Française
Revue de la Société Française de Chirurgie Esthétique et du Syndicat Nacional des Chirurgiens de Chirurgie Esthétique – Organe officiel de la Société Française de Chirurgie Esthétique – Tome XVII Número 67 Juin 1992


Resumé. C´est em mai 1989, précisément, que nous avons pris connaissance du travail effectué par le Docteur français, Pierre Fournier, em ce qui concerne la liposculpture au moyen d´une seringe.

A partir de ce moment-lá, nous n´avons plus utilisé l´aspirateur et nous avons décidé d´aspirer la graisse seulement avec une seringue.

Après avoir découvert la liposculpture par seringue, bien des idées nous sont venues à l´esprit. L´une de ces idées a été de se pencher sur la région du púbis, qui jusque-là, n´avait pas donné lieu à beaucoup de recherches.

Lorsque nous avons pratiqué um implant de graisse autologue dans la région pubienne, sur une femme âgée de 68 ans, ainsi qu´une micropigmentation pour dissimuler une alopécie, nous avons pu remarquer la grande satisfaction de notre patiente et aussi nous avons mesuré notre impression de réussite dans cette pratique.

Avec mon equipe, nous avons commencé um travail que nous pensons nouveau, car-nous avons utilisé des techiniques anciennes que nous avons adaptées à des techniques modernes. Nous pensons que cela ouvre un nouveau champ en chirugie esthétique.


Dans ce domaine, on rencontre de nombreux problèmes; nous avons classé particulièrement cette nouvelle technique dans la catégorie de chirurgie “intime” pour femmes et hommes. Nous avons choisi le mot “intime”, car pendant les 18 annés d´expérience clinique, nous avons remarqué que la plupart des patientes parlaient sans honte des sujets concernant les seins, le ventre, le visage et d ´autres parties du corps, tandis que certains, complexés au sujet de leurs bras, leurs aisselles, la région interne des cuisses, la région pubienne et la poitrine chez certains hommes, en plus de l´appréhension d´aborder ce sujet, ne savaient pas qu´il y avait un remède chirurgical.

Nous considérons le mot “intime” comme le mot qui exprime également les sentiments les plus personnels.

Chirurgie “intime” chez la femme: hypertrophie ou atrophie de la petite lèvre, de la grande lèvre, clitoris “invaginé”, alopécie du púbis, aisselles flasques, bras pendant et (en plus de la ptôse) atrophie de la base de la cuisse.

Ce sont les principaux problèmes qui préoccupent la femme d´âge moyen.

Chez l´homme, on distingue 4 pathologies importantes: distrophie mammaire, bride ou adhérence de la partie arrière du pênis, favorisant l´aspect “arciforme” du pénis et qui rend la performance sexuelle plus difficile, enfin dans la région scrotale ( ptôse et laxité).

On peut, grâce à de petits actes de chirugie, obtenir des résultats satisfaisants ou de trés bons résultats.
Nous avons confiance en ces solutions précises à des problèmes différents, qu´ils soient psychologiques ou anatomiques, et nous avons recours à la chirurgie plastique “intime” qui se présente comme um nouveau moyen d´action qui donne aux patients le sentiment d´être améliorés. Ceci aboutit à plus d´amour, de paix, moins d´agressivité.

Chirurgie intime.


Chirurgie de l´intimité.

La chirurgie “intime”, à cause dês préjugés a été un sujet tabou, que ni homme, ni la femme ne voulait discuter ou mentionner. Chez les médecins on a très peu abordé ce sujet, dans le passé.

Pour nous ce sujet est important, parce que nous avons prouvé l´efficacité de cette chirurgie, en parallèle avec une étude de Pierre Fournier, à Paris. Nous avons fait cette étude à Fortaleza, État de Ceará, au Brésil.
Beaucoup de patients présentent toutes sortes de problèmes anatomiques,concernant la région dont nous parlons. Ils n´ont pas affronté ces problèmes par manque total d´informations s´agissant de possibles reconstructions.

Les références bibliographiques sont peu nombreuses et donnent très peu de détails techniques.

Ce sujet est absent dans les reunions médicales et dans les bibliographies récentes.

Nous proposons non seulement d´étudier le sujet, mais de l´approfondir en y appliquant les techniques chirurgicales modernes, associées aux techniques anciennes.

Nous avons abouti à des résultats surprenants (3,4,5).

Em particulier, nous avons classé la chirurgie “intime” chez l´homme et la femme, comme suit:

1. Chirurgie du clitoris “clitoris invaginé”
Résection de la peau de structure fusiform, en lignes brisées avec ou sans plastie en Z, en vue d´une meilleure exposition du clitoris.

2. Petite Lèvre
a. Hypetrophie: résection de la peau en excès par lignes brisées, laissant un côté un peu
L´hypertrophie de la petite lèvre a été classée en quatre types différents:

Type 1: jusqu´à 2 centimètres.
Type 2: entre 2 et 4 centmètres.
Type 3: entre 4 et 6 centimètres.
Type 4: plus de 6 centimètres.

Selon l´analyse histologique, on a découvert les pathologies suivantes, en ce qui concerne l´hypertrophie de la petite lèvre.Sur une étude de 20 cas, 8 étaient fibreux, 4 lymphomateux, 6 hyperplasiques épitéliaux, 1 provenait d´une inflammation chronique exsudative et 1, composé angiomatique avec lipome fibreux.
b. Dans le cas d´une atrophie ou d´agénésie, soit d´origine congénitale ou traumatique, on devrait pratiquer la reconstruction à l´aide de la partie inguinale ou bien d´une greffe totale de la peau.

3. Mont de Vénus

a. Lorsqu´il est atrophié, ce qui est commun chez les femmes d´âge moyen, la solution
est une auto-greffe de graisse au moyen d´une liposculpture avec siringue;
b. lorsqui`il est hypertrophique, on pratique une liposculpture avec une seringue;
c. alopécie pubienne, on pratique une micropigmentation

4. La Grande Lèvre

a. atrophique: auto-implant de graisse par seringue. Nous n´utilisons pas plus de 20ml de graisse pour chaque lèvre, même si nous savons, pourtant qu´il y aura approximativement dans la période post-opératoire une absorption de 50% de graisse (sur un suivi de deux ans).
Nous préférons, si nécessaire, 2 ou 3 temps opératoires d´auto-implant.
b. Hypertrophique: liposculpture au moyen d´une seringue ou bien lorsqu´elle est associée à une plastie abdominale, on élimine la graisse, et em même temps la peau peut être réséquée.

5. Aisselles séniles et ptôse des bras avec ou sans excès de graisse on remarque que souvent les femmes qui présentent une dystrophie de cette région du corps, ne portent pas de vêtements à manches courtes, ce qui indique une grande préoccupation de leur part.

La chirurgie proposée: consiste à pratiquer une aspiration à l´aide de la seringue, l´excès de peau et de graisse est réséqué par voie fusiform dans toute la partie intérieure de l´aisselle.La cicatrice demeure à l´intérieur de làisselle et elle est donc non apparente.

Les patientes dont les bras sont trop minces subissent une auto-greffe de graisse,dans la région supérieure et extérieure du brás.

Em ce qui concerne la mode du “bordy building”, nous mettons des prothèses de silicone, créées spécialement par Adrien E. Aiache,M.D., ce sont des prothèses de silicone dur, de tailles différentes pour le bras et l´avant-bras.

6. Le haut de la cuisse

Sénile ou ptôsée, avec ou sans lipodystrophie, nous considérons cette région comme faisant partie de la “chirurgie intime”, car il n`est pás rare de trouver des patientes, qui pour les raisons citées ne portent pas de maillots de bain.

Chirurgie proposée: liposculpture avec une seringue pour toute la face intérieure et supérieure de la cuisse, chirurgie fusiform avec résection de la peau et de l´excès de graisse, dans le haut de la cuisse, qui donne une cicatrice dissimulée dans la région inguinale. Nous sommes arrivés non seulement à remonter la partie supérieure de la cuisse, diminuant ainsi la ptôse, mais également à donner plus de tension à cette partie du corps.

Chez les hommes on peut considérer quatre régions “intimes”

1. Région scrotale

Dans lês cãs d´hydrocèle, nous envoyons le patient chez um chirurgien généraliste, lorsque la ptôse du sac est importante et qu´il y a des excès de peau dans cette région, on propose une chirurgie qui consiste en une résection de cette peau, en pratiquant des incisions fusiformes et interrompues, et l´on suture avec de vicryl 4 zéro.

Nota: Il est dangereux de retirer trop peau, seul l´excès de peau doit être enlevé. On recommande cette chirurgie seulement à des hommes qui se sentent trés mal à l´aise.

2. Frénectomie em X – plastie en Z

Nous proposons une plastie en Z à l´arrière plan du pénis, dans la zone de transition du prépus X et de la peau du pénis.

A ce niveau, le pacient parvient à détacher son pénis sans que celui-ci subisse nécessairement une augmentation de volume. On evite ainsi, pendant l´acte sexuel que le pénis se recourbe. Les patients assurent que leur performance sexuelle est meilleure.

3. La région thoracique

Les ginécomasties comme les lipodistrophies mammaires sont très mal ressenties chez les homes.
La quantité excessive de graisse dans la région mammaire chez les hommes les empêche d´aller à la plage ou à la piscine, car ils ont honte de dévoiler leur cage toracique.

Grace à la liposculpture par seringue, la graisse localisée dans la région mammaire est aspirée sans que l´on ait besoin d´en faire la résection, la convalescence est rapide, la cicatrice minimale.

Atrophie toracique: nous utilisons une méthode nouvelle créée par Adrien Aiache,M.D.: pour cela nous mettons em place des prothèses mammaire, spéciales pour homme, composées de silicone dur, placées sous le muscle pectoral. Il semble qu`après plusieurs expériences ces prothèses engendrent moins de rétractions capsulaires que les prothèses molles. On fait pour cela, une incision de 4 à 5cm, environ, sous l´aisselle.

Conclusion

A cause des préjugués, des tabous, on parle peu du développement des techniques médicales.

Mais, pour nous pensons que chaque partie de notre corps est fondamentale dans la formation du puzzle complexe du corps humain. On considère que chacune des parties du corps est essentielle pour notre intégrité physique et mentale, et donc pour notre santé.

Notre travail nous a donné des résultats formidables. Les patientes se sont montrées três satisfaites.
Nous avons opéré 52 patientes: 8 hommes et 44 femmes et donc, à cause de ce nombre réduit et un suivi de deux ans, seulement, nous n´avons pas encore de statistiques.

Ce exposé est important dans la redécouverte de techniques dont on a déjá parlé, mais nous l´abordons ici avec une approche différente, associant les pratiques tecniques modernes, aux pratiques déjá existentes.
Cette chirurgie a été faite de façon simple, économique et naturelle et avec le sérieux que méritent cette étude et cette recherche.

Les personnes qui ont demandé cette “chirurgie intime” avaient entre 30 et 50 ans.
Sur 50 cas: on a noté que 28 patientes présentaient une hypertrophie de la petite lèvre.
Comments